13 mai 2021

Le Petit Journal

La vérité, rien que la vérité

DE TAXIEUR A VENDREDIR EN PASSANT PAR WESH, la contribution des algériens à la langue française

Le Petit Journal le 11/03/2021 : Beaucoup de mots d’origine algérienne enrichissent le français. Savez-vous que le mot taxieur usité désormais en France et inscrit sur dictionnaire  est parti de chez nous ? Cette fois c’est le mot ou l’expression, interjection interrogative, WESH ou ouech ou ouach qui  enrichit l’argot Français. Tout récemment les algériens ont inventé le verbe Vendredir qui veut dire aller à la manifestation du Hirak un vendredi.

Ecoutant le chroniqueur Stéphane Bern d’Europe 1 disserter sur l’expression WESH.

Ahmed Hammimi.

« Wesh », un mot d’argot français multi-usage venu de l’arabe algérien

Origine yahoo et Europe 1

Dans l’émission d’Europe 1 « Historiquement vôtre », Stéphane Bern se penche sur les racines d’une expression du quotidien. Mardi, il s’intéresse pour nous à l’origine de l’interjection « wesh », un mot de l’argot français, entré dans le dictionnaire du Petit Robert, qui est un adverbe interrogatif en arabe algérien.

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l’on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Mardi, l’animateur nous explique les racines du mot « wesh », entré aujourd’hui dans l’argot français courant. Cette interjection, issue de la culture hip-hop, prend racine dans l’arabe algérien.

Wesh ! En voilà une expression très populaire dont on se demande rarement d’où elle vient. « Wesh » est un mot issu de la culture hip hop, aujourd’hui entré dans l’argot français. Dans notre langue, ses usages sont multiples. C’est pourtant un mot très précis dans sa langue d’origine. Car « wesh » est en fait un adverbe interrogatif qui nous vient de l’arabe algérien. On dit ainsi « Wesh kayn ? » pour dire « Qui y a-t-il ? » et « Wesh rak » pour dire « Comment vas-tu ? ».

>> Retrouvez les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

C’est la culture hip hop française qui va l’utiliser à tout-va dans les années 1990. En 2009, c’est la consécration : « wesh » entre dans le dictionnaire du petit Robert. Conséquence non négligeable, l’interjection devient autorisée au jeu du Scrabble, où elle vaut 18 points. Ce qui n’est pas rien.

Un sens différent en Algérie et au Maroc

Paradoxalement, ce n’est qu’une fois largement employé en Algérie et en France que le terme « wesh » prend son essor au Maroc, avec un sens différent. En Algérien il est plutôt l’équivalent de « est-ce que », alors qu’en arabe marocain, il correspond davantage à « qu’est-ce que ». Ainsi, « Wesh kliti ? » signifie en Algérie « Est-ce que tu as mangé ? » et au Maroc « Qu’est ce que tu as mangé ? ».

Ce qui frappe en français, c’est la richesse de l’utilisation de « wesh ». Pour parler d’un amateur de culture urbaine, certains diront « un wesh wesh ». D’autres s’en serviront comme une interjection interpellative : « Wesh, pourquoi ?’. On le retrouve aussi comme un adjectif, parfois à usage péjoratif : « de la musique wesh wesh ». L’adverbe interrogatif algérien est donc devenu, en traversant la Méditerranée, à la fois adverbe, substantif et interjection.

Europe 1

Par Stéphane Bern, édité par Alexis Patri