26 mai 2022

Le Petit Journal

La vérité, rien que la vérité

L’ANEP EN GUERRE CONTRE LES SYNDICALISTES ET SES AGENTS.

Le Petit Journal le 7 novembre 2021 : Habituée à régner sans partage sur l’énorme manne  financière de la publicité et ce avec les instructions politiques et l’appui des hautes autorités du pays avec tout ce qui en découle comme conséquences sur les  lignes éditoriales des medias nationaux,  l’Agence nationale d’édition et de publicité ANEP s’en prend maintenant à ses employés et leurs représentants syndicaux. C’est ces derniers qui le disent publiquement. En effet, ce dimanche, malgré le mauvais temps un grand nombre de syndicalistes  faisant partie de l’Union générale des travailleurs algériens- Ugta-  sont venus en force pour aider leurs confrères  de cette entreprise aux capitaux de l’Etat.  Ces derniers affirment qu’ils font face à des sanctions  abusives et illégales. Leurs affirmation sont appuyées par une déclaration signée par le Bureau du l’union locale de la zone de Rouïba lequel, rappelons-le ,  est affilié à l’Ugta. Dans leur  déclaration les protestataire  disent  ’’déplorer et dénoncent les mesures arbitraires et illégales prises par la direction à l’encontre  des travailleurs et des syndicalistes  de l’Anep.’’  Plus loin l’on apprend que des hauts cadres syndicaux et des travailleurs ont fait l’objet de licenciement ou de suspensions. La déclaration cite le secrétaire général du syndicat entreprise, le secrétaire général de la section syndicale de l’unité de Rouïba qui est également membre du Conseil d’administration de l’entreprise et deux autres syndicalistes. Tous les quatre sont suspendus. Quant au Président du comité de participation de  d’entreprise qui assume également des responsabilités syndicales,   il est carrément licencié. Par ailleurs pas moins de 30 travailleurs  ont été auditionnés par la Commission de discipline et attendent les sanctions qui leurs seront infligées. La déclaration de l’UL revient à la charge pour fustiger la direction de l’unité de Rouïba et exiger l’annulation des sanctions jugées abusives et illegales. ’’ Nous, cadres syndicaux de la zone industrielle de Rouïba, par notre présence au sit-in de solidarité, nous tenons à condamner et dénoncer  les atteintes répétées  au droit syndicales. Nous exigeons  l’annulation  des mesures  arbitraires.’’

Ahmed Hammimi.