26 mai 2022

Le Petit Journal

La vérité, rien que la vérité

HOTELIERS ET OPERATEURS DU TOURISME DE BOUMERDES/ LE COMBAT QUOTIDIEN

Le Petit Journal le 20 novembre 2021 : Les algériens et les algériennes lancent souvent  des critiques acerbes contre les opérateurs dans le secteur du tourisme et l’hôtellerie. Ces algériens et algériennes aiment être servis par des gens aimables, compètent qui leurs offrent contre payements des prestations et produits de qualité. C’est tout à fait légitime. Certains compatriotes qui ont les moyens  voyagent en Tunisie, et récemment en Turquie, pour trouver ce qu’ils ne trouvent pas en Algérie, pays des tabous  en matière de tourisme. Au minimum la tolérance et l’acceptation d’un homme ou d’une femme en qualité de touriste. Ahmed Oulbachir, Président de la Fédération nationale des hôteliers FNH, n’en disconvient sur ces critiques lorsque nous l’avions questionné à la fin de la réunion qu’il a présidé, jeudi dernier,  à l’hôtel Leila de Boumerdés. Cette réunion a regroupé les hôteliers et des opérateurs du tourisme de Boumerdés. Pour ceux qui ne connaissent pas Boumerdés, c’est une  région touristique par excellence. En revanche lorsque nous écoutons ces operateurs exposer   les problèmes qu’ils rencontrent quotidiennement, on ne peut  que  leur accorder les circonstances atténuantes. Ils doivent en effet batailler dur sur plusieurs fronts pour continuer à travailler. Mais la pandémie du coronavirus leur a donné un coup sévère. A cela s’ajoute le combat contre la bureaucratie, les impôts,  les banques et certains responsables qui les rackettent. «  Nous voulons relancer le tourisme algérien pour aider les algériens à ne plus pleurer. Et pour cause depuis  deux ans  algériens les algériennes pleurent la mort de leurs proches. Bien avant cette terrible pandémie les algériens ont souffert du terrorisme. » Nous a confié le président de la FNH qui ajoutera. «  Nous voulons créer une destination Algérie à commencer par le sud du pays. » Pour réussir leur mission les hôteliers et les opérateurs touristiques se réfèrent au  chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune, qui selon Oulbachir «  avait promis durant sa campagne électorale de bâtir la Nouvelle Algérie et de relancer l’économie du pays  plus particulièrement le tourisme qui rend les algériens heureux et qui crée la richesse et de nombreux postes de travail. »D’après le président de la FNH, le Premier ministre a donné des instructions pour relancer le Conseil national du Tourisme où siègent de nombreux ministères et  qui peut servir d’espace où seront recensés  les problèmes du secteur et où des décisions en faveur du Tourisme seront prises. Mais le principal problème relève de toute la société. Il concerne la tolérance et le vivre ensemble. Effectivement l’intolérance chasse le touriste.

Ahmed Hammimi.