12 août 2022

Le Petit Journal

La vérité, rien que la vérité

POUR BLOQUER UN INVESTISSEUR, LES SERVICES DE L APC DE BOUMERDES DÉSERTENT SCIEMMENT LES COMMISSIONS DÉSIGNÉES PAR LE WALI

Au moment où les hautes autorités du pays prônent la mobilisation générale et la prise de décisions pour débloquer les investissements,  à Boumerdès c’est la léthargie, préméditée,  qui fait force  de loi.  En effet, pour la énième fois, les Services de l’APC manquent à l’appel dans la commission diligentée par le wali afin de lever les réserves    qui bloquent un investisseur. Pourtant la mission  de cette instance est si simple. Cette structure ad hoc devrait informer le wali et lui faire un compte rendu  pour lui préciser  si l’investissement en question  est implanté dans une zone  ayant, en plus de zone résidentielle,   un caractère commercial. C’est le cas puisqu’il y a environ une cinquantaine d’activités.  Bizarrement, à chaque sortie dument programmée, l’absence  de l’un ou  de l’autre des services requis pour cette tâche   est remarquée.  Et comme par hasard un ‘bruiteur’ se faisant passer  pour le   » chef » de quartier est averti de la sortie. La complicité est évidente.  La tâche de ce personnage ;  aux capacités de nuisances avérées, consiste à   intimider les fonctionnaires. Une source crédible affirme avec force qu’une petite issaba, fort connue dans les couloirs  de la  mairie,  sévit toujours. Elle remet en cause les décisions du wali par des intimidations. Dans cette affaire, le commun des mortels déplorera la désobéissance, entendre le refus de se soumettre à toute décision de l’Autorité supérieure. C’est grave. Les rouages de l’Etat sont squattés, pollués et neutralisés.    Faut-il aussi rappeler que cet investisseur est l’objet de tentatives de racket. Il a en outre subi de nombreuses agressions physiques (le nombre de plaintes fait foi).  Le bal continue. Si  les directives du président de la République  ne sont pas prises en compte par des agents de l’Etat suite aux interventions d’un obscure personnage,  faut-il attendre  le Messie pour résoudre les problèmes de cet investisseur !? 

                                                                                              Harris   Kheddam